Accueil ActualitésSanté Vaccin Spoutnik 5 : The Lancet confirme une réponse immunitaire

Vaccin Spoutnik 5 : The Lancet confirme une réponse immunitaire

de Alain Cukrowicz
Vaccin Russe Spoutnik V

Les scientifiques de l’Institut de recherche Gamaleya à Moscou ont publié  les résultats des études cliniques de phase 1-2 sur le vaccin COVID “Spoutnik V” dans la revue scientifique de référence The Lancet. Selon l’étude, le vaccin induit une production importante d’anticorps et ne produit aucun effet secondaire. Toutefois, les données ne sont pas encore suffisantes pour démontrer son efficacité protectrice.

Le vaccin russe “Spoutnik V” entraîne une production importante d’anticorps contre le coronavirus SARS-CoV-2 et n’induit pas d’effets secondaires graves. En d’autres termes, il semble sûr et théoriquement capable de protéger contre COVID-19, l’infection causée par le pathogène apparu en Chine. Cela est démontré par l’étude “Safety and immunogenicity of an rAd26 and rAd5 vector-based heterologous prime-boost COVID-19 vaccines in two formulations : two open, non-randomised phase 1/2 studies from Russia” publiée dans la revue scientifique de référence The Lancet.

Le premier vaccin contre le Covid-19 à être approuvé

Il s’agit des premières données scientifiques “certifiées” sur Spoutnik V, qui a fait la une des journaux ces derniers jours en étant le premier vaccin au monde contre le COVID 19 à être approuvé pour une utilisation de masse. Auparavant, une annonce similaire avait également concerné le vaccin chinois Ad5-nCoV de CanSino Biological Inc. et de l’Institut de biotechnologie de Pékin, dont l’autorisation ne concernait toutefois que les militaires et non la population en général.

L’approbation de Spoutnik V à été annoncé par le président Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a également déclaré qu’une de ses filles avait également reçu le vaccin expérimentale. La formule a été développée par l’Institut de recherche Gamaleya à Moscou et a été approuvée par le ministère russe de la santé malgré le scepticisme des médecins occidentaux et de la communauté scientifique internationale. On dispose maintenant des premières preuves de son efficacité.

Comment fonctionne le vaccin russe ?

Le vaccin hétérologue est basé sur deux composants distincts : un vecteur adénovirus recombinant de type 26 (rAd26) et un vecteur adénovirus recombinant de type 5 (rAd5). Ces deux souches d’adénovirus sont utilisées comme des “navettes” pour présenter au corps humain le matériel génétique lié à la protéine S ou pic du coronavirus du SRAS-CoV-2, celui que l’agent pathogène utilise pour se lier au récepteur ACE2 des cellules humaines, briser la paroi cellulaire, s’y déverser et démarrer le processus de réplication, qui est à la base de l’infection au COVID-19.

Lorsque des vecteurs sont injectés dans le corps humain, ou lorsqu’ils sont exposés à l’agent pathogène proprement dit, le système immunitaire réagit en produisant des anticorps ou des immunoglobulines, des glycoprotéines capables de reconnaître l’agent externe et de répondre à l’invasion. Les anticorps sont caractérisés par une forme Y particulière qui leur permet d’identifier l’ennemi et de s’activer : les plus “importants” dans la prévention d’une pathologie infectieuse sont les anticorps neutralisants dits IgG. La vaccination sert à entraîner l’organisme à se défendre, en présentant des doses contrôlées de l’antigène qui permettent le développement de l’immunogénicité.

Pour vérifier la sécurité et l’immunogénicité du vaccin Spoutnik V, des scientifiques russes ont fait participer 76 volontaires sains âgés de 18 à 60 ans et leur ont administré deux injections par voie intramusculaire. Comme indiqué dans le résumé de l’étude, les deux formulations testées ont été bien tolérées par les participants, qui n’ont présenté que des effets secondaires légers, qui ont disparu rapidement. Les effets indésirables les plus fréquents sont la douleur au point d’injection (58 %), l’hyperthermie (50 %), les céphalées (42 %), l’asthénie (28 %) et les douleurs musculaires et articulaires (24 %). Aucun événement indésirable grave n’a été signalé. Au cours de la période de suivi, des tests ont été effectués pour évaluer les concentrations d’anticorps, qui ont été détectées chez tous les participants. “Le vaccin contre le COVID-19 est basé sur les vecteurs hétérologues rAd26 et rAd5 a un bon profil de sécurité et a induit de fortes réponses immunitaires humorales et cellulaires chez les participants”, ont souligné les scientifiques dirigés par le Professeur Denis Logunov.

Related Articles

Leave a Comment