Accueil ActualitésInternational Reportage : le camp de la paix se concentre sur les questions environnementales

Reportage : le camp de la paix se concentre sur les questions environnementales

de Alain Cukrowicz
Protection environnement

Le MEPC a été organisé en 2002 pour rassembler les jeunes locaux dont les familles sont originaires du Moyen-Orient ou qui viennent de foyers dont l’un des conjoints est d’origine moyen-orientale. Le camp est conçu pour encourager ces enfants à établir des relations de confiance et d’amitié avec des enfants d’origine similaire avant que des remises en question idéologiques négatives ne les divisent.

En plus des activités éclectiques du camp qui comprennent de la nourriture, des arts et de l’artisanat du monde entier, les campeurs peuvent apprendre la danse du ventre, se faire tatouer au henné et même pratiquer le tambour du Moyen-Orient, grâce à un programme de prêt communautaire parrainé par John’s Drums dans le quartier de Wallingford à Seattle.

Des conférenciers sont invités à venir parler de leur organisation pour la paix et à animer des discussions de groupe adaptées à l’esprit et à l’intellect d’un jeune enfant.

Cette année, Olivia Lepschat, sept ans, est aussi remuante que les vers de compostage rouges dont elle apprend l’existence. Mais on ne peut pas lui en vouloir. C’est le premier jour du camp pour la paix au Moyen-Orient d’août 2004, et elle est entourée de dizaines de nouveaux visages venus d’horizons différents.

Tandis que Carolyn Barden, maître jardinier du comté de King, et Emily Bishton, maître jardinier de l’Université de l’État de Washington pour les zones humides et la pollution de l’eau, tentent de rendre le compostage et la préservation des zones humides aussi frais que possible, un puzzle de la paix en cours d’assemblage sur la pelouse attire même le gamin le plus sensible à l’environnement.

Tout cela fait partie du thème de cette année, “L’environnement : Connaître et prendre soin de notre planète”, conçu pour faire passer les campeurs de la MEPC à un niveau supérieur : accroître la paix en prenant soin de notre maison commune, la terre.

“Ils doivent être des citoyens du monde et une grande partie de cela est l’environnement”, déclare Lori Markowitz, co-fondatrice de la MEPC. “Il peut s’agir de nettoyer un parc, d’économiser l’eau ou d’utiliser l’énergie. C’est une très grande partie de la paix”.

Le MEPC, qui en est à sa troisième année d’existence, accueille environ 25 enfants arabes et palestiniens et 33 enfants israéliens et juifs. Dix autres campeurs sont afro-américains, japonais, amérindiens ou asiatiques.

“J’ai appris que les gens ont des idées différentes sur la paix”, déclare Eli Davis, 11 ans, qui se réjouit de devenir conseiller en formation au camp l’année prochaine. “Certaines personnes pensent que ne pas polluer est pacifique, mais je pense que ne pas se battre est pacifique”.

Les directeurs des camps surveillent les inscriptions et gèrent le processus afin de maintenir l’équilibre des groupes.

“Je suis très passionné par cette question”, dit Markowitz. “Je crois vraiment que la paix se fera par les enfants. Il s’agit d’essayer de comprendre quel est votre rôle et ce que vous pouvez faire pour changer le monde”.

Cette année, la sénatrice Maria Cantwell (D-WA) a visité le camp de la paix. Cantwell, qui s’intéresse de plus en plus aux affaires du Moyen-Orient, a parlé de manière informelle avec les campeurs des droits des femmes et du fait que l’État de Washington est l’un des rares États à compter deux femmes sénateurs.

Ce camp d’été d’une semaine est soutenu par des dons privés et géré par plusieurs partenariats communautaires, dont le Centre du Moyen-Orient de l’Université de Washington et Beyond Borders.

“Nous essayons d’approfondir les questions de paix et de justice”, déclare Susan Davis, co-fondatrice du MEPC et directrice exécutive de Kadima, l’un des trois principaux partenaires communautaires du camp, avec le Centre arabe de Washington et One World Now ! Bullitt Foundation. “Nous essayons d’évoluer à partir d’une base d’amitié.”

Lors de la seule excursion de la session de quatre jours, les 65 campeurs et 25 conseillers ont visité IslandWood, un centre d’apprentissage en plein air de 255 acres situé sur l’île de Bainbridge.

IslandWood propose aux enfants et aux adultes des expériences de terrain en plein air qui réunissent les domaines de la recherche scientifique, de la technologie et des arts. Leur mission est d’aider les personnes de tous âges à mieux comprendre les relations entre la diversité biologique et culturelle.

Les campeurs ont visité l’installation et se sont familiarisés avec les plantes indigènes du nord-ouest.

“Ils apprennent à connaître la durabilité en général”, explique Susan Davis. “À la fin de la semaine, ils traduisent cela en questions sur l’eau et la durabilité de l’environnement au Moyen-Orient”.

Comme projet final, les campeurs ont participé à la conception d’une peinture murale sur la nature de 5-1/2 pieds par 14 pieds. Les deux co-artistes en résidence au MEPC, Amineah Ayyad et Rainer Waldman Adkins, ont dirigé le projet qui comprend des images de rivières, de montagnes et du ciel ainsi que des écrits en hébreu et en arabe.

Les artistes espèrent que la fresque sera utilisée pour promouvoir la paix et la coexistence au Moyen-Orient lors de futurs événements publics et expositions.

“C’est une bonne chose pour les filles parce qu’il y a un visage humain [sur le conflit] et elles auront toujours cette compréhension”, dit Kathryn Lepschat, une femme d’origine allemande et la mère de deux filles dont le père est palestinien.

“Il y a de la souffrance des deux côtés de la question”, ajoute Kathryn Lepschat, “mais si vous pouvez toucher l’enfant quand son esprit est ouvert, c’est plus difficile pour que cela prolifère”.

En tant que directeur du camp, regarder les visages heureux de ces enfants enjoués est la vraie récompense pour Davis.

“Nous nous connaissons juste comme Omar et Benjamin,” dit-elle, “pas Omar le Palestinien ou Benjamin l’Israélien.”

 

Related Articles

Leave a Comment