Home Actualités Le vaccin contre le coronavirus de Johnson & Johnson induit une forte réponse immunitaire

Le vaccin contre le coronavirus de Johnson & Johnson induit une forte réponse immunitaire

by Alain Cukrowicz
Vaccin Coronavirus

Il a été démontré que le vaccin développé par Johnson & Johnson induit une forte réponse des anticorps au Sars-Cov-2 et assure une protection presque complète avec une seule dose chez les primates non humains.

Des études indiquent que le vaccin expérimental, basé sur des vecteurs viraux dérivés de l’adénovirus de sérotype 26 (Ad26), a induit une forte réponse immunitaire, comme le démontre le développement d’anticorps neutralisants qui protègent contre l’infection. “Ces données précliniques montrent que notre candidat vaccin contre le SRAS-CoV-2 a entraîné une forte réponse des anticorps et a fourni une protection complète ou presque complète avec une seule dose”, a déclaré Paul Stoffels, directeur scientifique et vice-président du comité exécutif de Johnson & Johnson. Les résultats sont encourageants car nous continuons à développer notre vaccin et, parallèlement, nous augmentons la production, ayant commencé un essai de phase 1/2 en juillet avec l’intention de passer à un essai de phase 3 en septembre.

Les études précliniques ont été menées par des chercheurs du Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) en collaboration avec Janssen Pharmaceutical Companies de Johnson & Johnson. Les scientifiques ont d’abord testé un certain nombre de candidats vaccins, en testant sept variantes chez des primates non humains, et en évaluant quelle formule induirait un niveau plus élevé d’anticorps neutralisants contre la Covid-19, puis une protection en une seule dose.

Les six sujets qui ont reçu une dose unique, expliquent les chercheurs, “n’ont pas montré de niveaux détectables de Sars-Cov-2 dans les voies respiratoires inférieures après exposition au virus” et ce n’est que dans un cas, à deux moments différents, que l’analyse du prélèvement nasal a révélé de très faibles niveaux de matériel génétique. Nos résultats précliniques”, a ajouté Mathai Mammen, responsable mondial de la recherche et du développement chez Janssen, “nous donnent des raisons d’être optimistes quant au lancement de la prochaine phase d’essais cliniques chez l’homme.

Related Articles

Leave a Comment