Accueil ActualitésInternational La chute du gouverneur Eliot Spitzer a-t-elle un “angle juif” ?

La chute du gouverneur Eliot Spitzer a-t-elle un “angle juif” ?

de Alain Cukrowicz
Eliot Spitzer

Au moment où j’écris ces lignes, au lendemain de la démission d’Eliot Spitzer comme gouverneur de New York, je me demande si la presse grand public continuera à ignorer “l’angle juif”. Après tout, les cinglés ont déjà délimité leur territoire. La page d’accueil de David Duke, affiche déjà un article affirmant que le “proxénète en chef” du service d’escorte dont Spitzer était apparemment un client important est un juif américain de nationalité israélienne nommé Mark Brener. Restez donc à l’écoute.

Mais y a-t-il un “angle juif” légitime ici ?

La judaïcité de Spitzer est-elle significative pour expliquer l’ascension et la chute du procureur général en croisade, dont la guerre contre la corruption lui a valu le surnom d'”Eliot Ness” ? Examinons les preuves…

L’histoire de la famille Spitzer se déroule selon le schéma classique de l’assimilation des Juifs dans l’élite sociale et économique américaine. Ses grands-parents paternels étaient des juifs galiciens, nés à Tluste, le shtetl même où, dans les années 1730, le jeune Baal Shem Tov a commencé à se distinguer comme guérisseur d’âmes. Ses grands-parents maternels – les Goldhabers – sont nés en Palestine dans les années 1890, que ce soit parmi les “vieux yishuv” traditionnels ou parmi les nouveaux venus sionistes, les archives publiques ne le disent pas.

En tout cas, les grands-parents Spitzer – Morris et Molly – ont immigré en Amérique au début des années 1920, parmi les derniers groupes de Juifs d’Europe de l’Est à s’y rendre avant que la loi sur l’immigration Johnson-Reed de 1924 ne ferme les portes aux Juifs, aux Grecs et aux Slaves.

Le père de Spitzer, Bernard, dans l’histoire classique de la “deuxième génération”, est sorti de la pauvreté du Lower East Side pour gagner des millions dans le monde de l’immobilier new-yorkais. Sa mère, Anne, est devenue professeur de littérature. Le couple a élevé ses trois enfants dans le cadre luxueux de la section exclusive Riverdale du Bronx. Tous les enfants Spitzer ont été éduqués dans des écoles privées d’élite (“non sectaires”), ont obtenu des diplômes des universités de l’Ivy League et sont devenus des professionnels accomplis dans les carrières de prestige juives américaines de la troisième génération – droit et médecine.

Suivant un modèle reproduit d’innombrables fois par les immigrants juifs d’Allemagne vers les empires russe et ottoman, les Spitzers ont embrassé l’Amérique, étaient assez talentueux pour obtenir un succès notable, et dans la liberté du passé rendue disponible dans le Nouveau Monde, ont plus ou moins laissé derrière eux toutes les traditions juives qui étaient restées de l’Ancien.

Eliot n’a pas eu de Bar Mitzvah

Un profil du New York Times de 2006 nous dit ce à quoi nous aurions pu nous attendre – que le jeune Eliot “n’a pas eu de Bar Mitzvah”. Lorsque le moment est venu de choisir un partenaire de vie, Eliot a épousé une collègue professionnelle non juive – Silda Wall – qui a été élevée en Caroline du Nord en tant que baptiste du Sud. Dans la maison de Silda et Eliot Spitzer, le profil du Times nous informe que “les fêtes des deux religions” étaient célébrées, mais qu’il n’y avait “aucune adhésion rigoureuse” à l’une ou l’autre.

Enfin, en tant que père de trois filles, Spitzer n’a jamais eu à prendre position pour ou contre l’acte fondamental d’identification juive – la circoncision des fils.
En toute apparence, Eliot Spitzer est donc un juif “par hasard”, comme la grande majorité des descendants juifs américains de l’époque des migrations. Comme tant d’autres, il n’a pas honte de ses origines juives et ne cherche pas à les cacher. Mais il n’y trouve également rien de particulièrement saillant ou de significatif sur le plan personnel ; certainement rien à transmettre consciemment à la génération suivante.

En fait, la chose la plus “juive” chez Eliot Spitzer – dont lui-même n’est peut-être pas conscient – est sa passion pour la justice sociale qui lui a permis de développer, d’abord, un libéralisme politique fondé sur des principes, puis, dans le prolongement de sa politique, une carrière de dénonciation des péchés financiers des riches et des privilégiés.

Cette quête de justice de Deutéronome a une riche généalogie juive moderne. D’un côté, elle s’étend jusqu’au milieu du XIXe siècle, alors que les Juifs émancipés d’Europe centrale trouvaient dans la social-démocratie européenne une idéologie qui promettait une société dans laquelle la judaïcité ne serait pas un obstacle à l’épanouissement personnel, à la réussite financière et à l’accomplissement social. L’autre facette de son esprit militant peut avoir des racines plus proches du socialisme révolutionnaire qui explique probablement la naissance des grands-parents Goldhaber en Palestine ottomane.
En tout cas, la judaïcité consciente, quelle qu’elle soit, semble n’avoir joué que le rôle le plus périphérique dans la vie personnelle et professionnelle de Spitzer. Je suppose donc que la plupart des journalistes ont exclu la judaïcité de Spitzer de leur récit de sa chute parce que sa judaïcité est invisible à l’œil nu.

En réalité, Spitzer est tellement “américain” que le fait d’attirer l’attention sur sa judaïcité résiduelle en cette période de honte publique semblerait être une exploitation cruelle d’une “différence” qui, en fait, ne fait aucune différence.
Mais il y a cet “angle juif” dans la saga de Spitzer, un angle qui nous renvoie à nous, la communauté plus large des juifs américains identifiés, ce qui est inconfortablement antérieur à Spitzer. Le scandale de Spitzer nous rappelle que la corruption morale ne montre aucun respect pour les “lignes de parti” juives. La liste des bons à rien récemment exposée s’étend de l’extrême droite du spectre politico-religieux juif à l’extrême gauche, ne révélant aucun favori apparent.
Comme si nous avions vraiment besoin de le rappeler, le désordre d’Eliot confirme que ni le secteur “religieux” ni le secteur “laïc” du judaïsme américain, quelle que soit leur définition, n’a de monopole mesurable sur la vertu ou le vice moral. Si la distinction communément établie entre “religieux” et “laïc” ne fait pas de réelle différence de comportement, alors, – en particulier pour ceux d’entre nous qui prétendent “sanctifier le Nom” dans la poursuite de la Torah – c’est sûrement un “angle juif” inquiétant qui mérite réflexion !
Mais ne vous attendez pas à ce que le New York Times – ou David Duke – en parle !

Article original ecrit et publié par Martin Jaffee le 4 avril 2008. Mis à jour le 6 aout 2020.

Related Articles

Leave a Comment