Accueil ActualitésInternational Hillary Clinton mise en cause dans l’affaire du Russiagate

Hillary Clinton mise en cause dans l’affaire du Russiagate

de Alain Cukrowicz
Hillary Clinton Russiagate

Le directeur du renseignement national (DNI) John Ratcliffe a déclassifié mardi plusieurs documents, dont des notes manuscrites de l’ancien membre de la CIA John Brennan après avoir informé l’ancien président Obama d’un prétendu complot d’Hillary Clinton visant à lier le candidat Donald Trump à la Russie comme “un moyen de détourner l’attention du public de son utilisation d’un serveur de messagerie privé non sécurisé” avant les élections américaines de 2016, selon Fox News.

Ratcliffe a déclassifié les notes manuscrites de Brennan qui ont été prises après qu’il ait informé Obama des informations reçues de la CIA. Une note de la CIA a révélé que les responsables ont renvoyé l’affaire au FBI pour une éventuelle action d’investigation.

Mardi après-midi, le bureau du directeur du renseignement national a transmis les documents déclassifiés aux commissions du renseignement de la Chambre et du Sénat.

M.Ratcliff à déclaré à Fox News :

Aujourd’hui, sous la direction du président Trump, j’ai déclassifié des documents supplémentaires liés à la surveillance et aux activités d’enquête en cours du Congrès.

Un des documents correspondant à une note manuscrite de Brennan résume que :

Hillary Clinton à approuvé une proposition d’un de ses conseillers en politique étrangère visant à diffamer Donald Trump en fomentant un scandale en prônant l’ingérence des services de sécurité russes.

Des accusations infondées selon le porte parole d’H.Clinton

Le porte-parole de Clinton, Nick Merrill, a qualifié ces accusations de “conneries infondées”, mais M. Ratcliffe a déclaré la semaine dernière :

Pour être clair, il ne s’agit pas d’une désinformation russe et elle n’a pas été évaluée comme telle par les renseignements… le Congrès sera informé dans les prochains jours des sources et des méthodes sensibles par lesquelles elle a été obtenue.

Une source proche du dossier a déclaré mardi à Fox News que l’accusation n’était pas de la désinformation :

Ce n’est pas de la désinformation russe. Même Brennan le savait, sinon il n’aurait pas informé le président des États-Unis… Il existe un seuil élevé pour informer oralement le président des États-Unis et il a estimé que ce seuil était clairement atteint.

Une autre source familière du dossier a déclaré à Fox News que :

Cette information a été recherchée par des centaines de demandes du Congrès à des fins de contrôle légitime et a été refusée par dépit politique et parce qu’on croyait qu’elle ne serait jamais découverte.

A un mois des élections présidentielles américaines, ces révélations pourraient bien jouer en faveur de Donald Trump qui est toujours en position défavorable d’après les derniers sondages.

Related Articles

Leave a Comment