Accueil Environnement Changement climatique : le réchauffement de la planète et ses conséquences

Changement climatique : le réchauffement de la planète et ses conséquences

de Natacha Coudray
Publié: Dernière mise à jour
Réchauffement climatique

Le changement de température menace de bouleverser notre planète à jamais. Au cours de ses 4,5 milliards d’années d’histoire, la Terre a connu des changements continus de sa température de surface. Globalement, la température moyenne actuelle est d’environ 15°C, mais à plusieurs reprises, elle a beaucoup augmenté ou diminué en raison de phénomènes naturels ou célestes tels que les éruptions volcaniques, les impacts de météorites, les changements de l’activité solaire ou de l’orbite terrestre. La vie sur Terre a réagi à tout ce “stress” du mieux qu’elle a pu, s’adaptant dans certains cas et connaissant parfois des extinctions massives, qui sont allées jusqu’à la disparition de 90% des espèces de la planète.

Cependant, la période géologique que nous traversons voit les températures augmenter beaucoup plus vite que par le passé. Et surtout, pour la première fois, ce bouleversement climatique se produit en même temps que la présence de 7,7 milliards d’humains sur la planète.

Depuis la révolution industrielle, et en particulier au cours des 60 dernières années, l’augmentation des températures mondiales est liée aux activités humaines : les activités de production, les transports, voire le chauffage des maisons sont largement basés sur les combustibles fossiles (tels que le charbon et le pétrole), qui modifient la composition de l’atmosphère en libérant dans l’air les fameux gaz à effet de serre.

Qu’est ce que l’effet de serre ?

L’effet de serre est le phénomène par lequel l’atmosphère terrestre piège une partie du rayonnement solaire qui retourne dans l’espace après avoir chauffé la surface de la Terre. Certains gaz présents dans l’air que nous respirons absorbent une partie de l’énergie thermique “de retour” et la répandent dans toutes les directions (un peu comme dans les serres qui servent à faire pousser les plantes en hiver).

Sans cet effet de serre, la Terre serait environ 30 °C plus froide. En gros, elle serait une sorte de congélateur inadapté à la vie. Mais les activités humaines, en libérant des gaz dans l’atmosphère tels que le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et l’oxyde nitreux (N2O) – qui sont de puissants gaz à effet de serre – ont amplifié le phénomène, rendant excessive la quantité de chaleur solaire retenue et provoquant une augmentation des températures de la planète : les 5 dernières années (2015-2019) ont été, en ce qui concerne les températures moyennes, les plus chaudes depuis que nous sommes capables de mesurer ces paramètres.

Ces émissions polluantes capables de retenir la chaleur solaire restent longtemps dans l’atmosphère : il faudrait plusieurs centaines d’années pour les ramener à leur niveau d’il y a 250 ans. Et il est certain que la déforestation, c’est-à-dire l’abattage des arbres pour utiliser le bois ou pour faire place aux routes ou aux cultures, ne va pas dans le sens d’une amélioration de la situation.

Les effets néfastes de la déforestation

Les forêts, nos “poumons verts”, absorbent le CO2 et libèrent de l’oxygène pour respirer. Entre les émissions produites et les arbres coupés, la concentration de dioxyde de carbone dans l’air est aujourd’hui plus élevée que les 800 000 dernières années.

En conséquence de tout cela, les températures moyennes sur Terre ont augmenté de 0,8 °C au cours des 100 dernières années. Cela paraît peu, mais c’est beaucoup si l’on considère que les températures moyennes ont augmenté de 0,6 degré au cours des 30 dernières années, et que cela suffit à provoquer l’accélération de la fonte des glaciers de montagne et des calottes glaciaires qui couvrent l’Antarctique occidental et le Groenland.

Des catastrophes naturelles plus fréquentes

En raison de la hausse des températures, les ouragans et les tempêtes pourraient devenir plus violents, les inondations et les sécheresses plus fréquentes. Cela rend déjà plus difficile la dépendance vis-à-vis des cultures agricoles, qui ont besoin de saisons régulières et craignent des précipitations trop ou trop peu abondantes.

De nombreuses famines signifient une alimentation insuffisante ou non nutritive pour nourrir une population mondiale croissante, mais aussi la maladie, l’instabilité politique, la guerre et les migrations de masse.

Que faire pour garantir l’avenir de la planète ?

Comme vous pouvez le voir, le changement climatique n’est pas une entité abstraite ou lointaine, mais quelque chose qui nous touche déjà de très près. Pour ralentir ces transformations et essayer de vivre en paix avec les éléments de notre planète, nous avons besoin de décisions politiques : nous devons investir dans les énergies propres comme celles du Soleil, du vent et des vagues, réduire les émissions de gaz à effet de serre et absorber, par exemple grâce aux forêts, celles qui ne peuvent être évitées.

La Commission européenne a présenté une stratégie à long terme qui vise à réduire les émissions nettes à zéro (et donc à faire en sorte que la quantité de polluants émis soit égale à la quantité absorbée). C’est un objectif important mais pour l’instant tout à fait théorique, qui devra être discuté par les différents gouvernements nationaux. Il est clair pour tous qu’il faudra essayer de s’en tenir au plus bas des deux scénarios établis par les accords de Paris sur le climat (COP21), dernière conférence mondiale à décider de la manière d’agir contre le réchauffement climatique.

Related Articles

Leave a Comment